menu
Address:

4211, rue de Rouen, Montréal

Année de construction:

2009-2007

Client:

Les développements de la Confiserie / SHDM / OMHM

Coût de réalisation:

17.5 M $

Nombres d’unités:

188 condominiums / 23 logements locatifs

La Confiserie



 

Le  projet  La  Confiserie  est  implanté  dans  l’arrondissement  de  Mercier-Hochelaga-Maisonneuve. Au début du XXe siècle, un vaste éventail d’industrie s’implante dans le quartier Mai- sonneuve : textile, biscuiterie, confiserie, fonderie, chaussure, etc.). C ’est dans ce contexte qu’une entreprise de confiserie, la National Licorice Co. de Brooklyn, N.Y. décide d’établir sa filiale canadienne  dans le quartier en 1907. Le bâtiment original a été agrandi à deux reprises en 1946 et 1956 pour occuper la totalité de la tête d’ îlot.  Hershey Canada achète l’usine 1977 et fermera ses portes en 2008 n’arrivant plus à être concurrentielle. Cet ensemble est depuis identifié comme bâtiment d’intérêt patrimonial et architectural de valeur exceptionnel.

Ayant fait l’objet de deux agrandissements à des périodes différentes, le bâtiment se com-
pose de trois types de structure, en bois, en acier, et en béton armé.  Le bâtiment nécessite donc une inter vention majeure au niveau sismique et l’introduction de murs de béton sur la pleine hauteur du bâtiment.

L’implantation de l’ensemble permet de structurer la tête de l’ îlot.  Le bâtiment existant fai-
sant la pleine largeur de l’ îlot est l’élément principal de l’implantation.  Le nouveau bâtiment, en forme de U, permet une continuité du front bâti sur les rues.  La partie nord de ce bâtiment permet de fermer la cour et de lui conférer un caractère privatif alors que l’interstice créé à la rencontre avec le bâtiment existant donne accès à la cour jardin, au stationnement et assure une fluidité à l’ensemble.

Le traitement des façades reprend la composition originale avec un jeu simple de maçonnerie,
de grandes ouvertures, un socle, un corps principal et l’expression d’un léger couronnement, le tout conférant un  rythme sur l’espace public. L’utilisation de l’acier brute dans les entrées est un rappel de la vocation industrielle passée et encore présente dans le quartier.

Les intérieurs développés pour le bâtiment existant cherche à mettre en valeur les éléments
structuraux et  les  hauts  plafonds.   Ainsi,  les  corridors  communs  sont  rythmés par  les  co-
lonnes et poutres d’origine, conférant un cachet particulier à la restauration et conversion contemporaine du bâtiment.  Les couleurs utilisées à l’intérieur et qui définissent les espaces communs contrastent avec la sobriété que dégage l’ensemble, créant un effet de découverte et de personnalisation des lieux.

 

© ateliercba. Tous droits réservés.